replica rolex watches replica watches replica rolex replica rolex watches replica rolex rolex replica replique montre replique de montre repliki zegarków replicas de relogios

CHAHAINS (Orne)

 

CHAHAINS & environs

 

 

 

POCHE de FALAISE

 

Du 14 au 16 août, la 2ème D.B. se porte, face au nord, sur une ligne allant d’Argentan à Ecouché et à l’ouest, d’Ecouché à Carrouges.

Occupant tous les villages, la 2ème D.B. contraint les Allemands en déroute à trouver refuge dans les bois.

Malgré leurs pertes considérables, les 9e, 116e et 2e Panzer Division sont toujours en état de combattre et se heurtent aux Français quand elle tentent de sortir des couverts.

Des combats s’ensuivent comme à Ecouché, Carrouges et Boucé

SOUVENONS-NOUS

DISCOURS prononcé par Mr Joël PAPILLON,
Président de l’Association «Un Territoire & des Hommes»

Souvenons nous…

Nous sommes le 13 août 1944. Les troupes de la 2e DB ont, la veille, libéré Alençon. Continuant son mouvement d’encerclement, le général Leclerc lance l’offensive à l’Ouest de la forêt d’Ecouves: c’est la ruée de la colonne de l’officier Langlade vers notre secteur, qui au sortir d’Alençon se scinde en deux sous-groupements:

• D’un côté, le sous-groupement du commandant Massu du 2e RMT fait mouvement par Radon, Saint-Nicolas-des-Bois, débouche à l’Epart à l’orée de la forêt d’Écouves sur la route départementale D2 et progresse en direction de Rouperroux. A hauteur du lieu-dit Le Boulay, l’aviation alliée a détruit dans la matinée un char Mark IV allemand de la 9e Panzer. Les gars de Massu, épaulés par des éléments du 40e RANA, atteignent le bourg de Rouperroux vers 13h, où de nombreux prisonniers allemands vont être regroupés plus tard dans la cour de l’école publique et surveillés par M. Gesland, l’instituteur.

• De leur côté, le sous-groupement du lieutenant-colonnel Minjonnet et du commandant de Bort du 12e RCA, avec l’appui des 1ère et 2e batteries du 40e RANA placées sous les ordres de Mirambeau, ont pris l’itinéraire: Cuissai, la Roche-Mabile, la Guéfrie à Saint-Ellier-les-Bois. Le sous-groupement se divise ensuite en deux formations:
– l’une passe près de la Pitoisière, et atteint la commune de Chahains aux Arcis; quelques 800 m plus loin, le brancardier de la CHR Georges Carle du 2e RMT est tué par méprise à la Métairie. Il est 17h.
– l’autre formation, constituée du 4e escadron commandé par Durville du RBFM fort de ses tanks destroyers le Cyclone, le Mistral, le Sirocco et le Simoun, traverse la Bouvardière, longe le Missoir et débouche sur la commune de Rouperroux au niveau de la Fontenelle. Soudain, surgissant de la route de la Pitoisière, un Mark IV ennemi surpris, tire sur le Sirocco mais rate sa cible. Le tireur du Sirocco, M. Lecalonec, riposte sur le champ, détruit le char ainsi qu’un camion allemand de munitions.

La colonne Dio, partie d’Alençon le matin même en passant par l’axe Saint-Denis-sur-Sarthon-Ciral, a libéré Carrouges. Les premiers éléments ont atteint Carrouges quelques heures plus tôt, à 11h45, grâce à l’action de l’avant-garde du sous-lieutenant Pity, sous le commandement de Rouvillois.

C’est ici même, à partir de 15h, à ce carrefour de Chahains où régne un embouteillage monstre, que le commandant Massu, bloqué, va établir son PC. Il faut imaginer sur cette route de Sées un enchevêtrement de véhicules ennemis en feu, fraîchement touchés par l’aviation alliée! Massu y attendra près de 2h pour faire la jonction avec le colonnel Dio, venant de Carrouges.

Aujourd’hui, la pose de cette borne commémorative rappelle que 70 ans plus tôt, jour pour jour et quasiment heure pour heure se sont regroupés, en ce lieu, différents régiments de la 2e DB.

La progression sur la route de Sées reprend. Soudain, à hauteur du carrefour des Erables, situé à 2 km, a lieu une escarmouche. L’officier de liaison du PC du groupement tactique Langlade, le lieutenant Guy de Valence [représenté aujourd’hui par M. Alexis de Valence, son petit-neveu] vient de descendre de sa Jeep pour observer la situation. Brutalement sa vie bascule. Plus haut en lisière de la forêt d’Écouves, il repère un char ennemi en position et entend son chef crier en allemand “Feu”. Le souffle de l’obus tranche le bras droit de M. de Valence et le couche par terre. Il se relève aussitôt et regagne sa Jeep. Il est rapatrié au carrefour de Chahains où il reçoit ses premiers soins avant son évacuation. Il rejoindra Leclerc en 1945 dont il sera le dernier aide de camp. C’est par ce même obus, que le chauffeur caporal Joseph Grandvaux du 2e RMT est tué sur le coup au volant de sa Jeep.

Vers 18h, le 3e escadron du 12e RCA, fraîchement arrivé à Rouperroux, s’enfonce avec sept de ses chars en forêt d’Écouves. Le char Valois est en tête. Le commmandant de Bort annonce: “les gars, la guerre n’est pas finie!”. L’expression est prémonitoire. L’ennemi est à l’affût !

Soudain, au N/E de Rouperroux, le char le Valois est allumé par un canon anti-char allemand posté au carrefour de la Croix-Rouge, distant de quelques centaines de mètres. Le Valois est détruit. Le chargeur Fernand Garciès et le Maréchal des Logis Chef Louis de Torcy, chef de char, sont tués sur le coup. Le pilote Rocheteau et l’aide-pilote Quilichini ne sont que légèrement blessés et s’enfuient par le trou d’homme. Ils seront évacués par ambulance. Le brigadier Gabriel Bourdil, moins chanceux, est fait prisonnier mais s’évade. A l’arrière, le char Bourgogne esquive le tir ennemi; dans sa manoeuvre, il bascule dans le fossé et tombe hors-service.

Tandis que le 12e Cuirassiers bivouaque dans le bois voisin de la Tonnelière, le 2e RMT, le 12e RCA et le 40e RANA ont reçu en soirée l’ordre de bivouaquer à la Barre, sur cette commune. L’ennemi, imprévisible, n’est pas pour autant maîtrisé, et pour cause! À la faveur de la nuit, des fantassins allemands surgissent des Arcis pour s’enfoncer dans la forêt. En chemin, ils éliminent les sentinelles Armand Johier du 40e RANA et Marcel Juy du 12e RCA. Ce seront les dernières victimes de la colonne Langlade sur notre secteur.

Dans l’élan, la 2e DB va libérer le secteur de Boucé et Fleuré avant de s’attaquer à la libération de Paris le 25 août.

Le 31 mars 1946, en hommage à l’action héroïque de nos libérateurs, les “gars de Leclerc”, le char Valois est posté en forêt d’Ecouves au Carrefour de Médavy, d’où depuis il veille sur les lieux.

Je vous remercie de votre attention.

Géraldine Ripaux

CHAHAINS - Infos pratiques

CHAHAINS (Orne)

Informations générales
Tél. : 02 33 27 91 06
Email : mairie.chahains@wanadoo.fr
Maire : Madame Françoise REIG-HAMELIN
Adresse : Le Bourg
Mairie
61320 CHAHAINS
Population (2012) : 95 habitants
Intercommunalité : CDC DU PAYS FERTOIS ET DU BOCAGE CARROUGIEN
Pays : Alençon