Parcours-2e D.B. – G.T. LANGLADE – vers PARIS axe SUD-OUEST

 

23 AOÛT 44. Rambouillet

 

Quelle que soit la fatigue des soldats de la 2e DB après un parcours de deux cents kilomètres qui les a arrachés aux combats tout juste terminés en Normandie, le 24, à l’aube, la division s’ébranle vers Paris, le GTL à partir de l’est de Rambouillet, le GTV de Limours, le GTD en réserve derrière le GTV.

Parlons tout de suite du GTL, qui mènera sa manœuvre en toute initiative et indépendance dans le cadre des ordres reçus. Car les communications radio sont difficiles en zone boisée puis urbaine et le colonel de Langlade sera à peu près sans liaison avec le général et la division jusqu’au 25 après-midi, lorsqu’il fera jonction au rond-point des Champs-Elysées avec le GTV venant de la Concorde.

Manoeuvrant habilement ses deux sous-groupements Minjonnet et Massu, appuyé au plus près par l’artillerie du 40e RANA du commandant Mirambeau, Langlade s’infiltre dans la vallée de la Bièvre. Ce n’est pas sans pertes, sur le plateau de Saclay notamment, qu’il atteint les Loges-en-Josas, Jouy-en-Josas et le bois de l’Homme-Mort. Il déborde et détruit des résistances allemandes, des canons de 88, des chars Mark III et IV et Panther Mark V.
A la fin de la journée, le sous-groupement Minjonnet garde le carrefour du Petit-Clamart, et le sous-groupement Massu atteint le pont de Sèvres.
Il pousse même une compagnie au-delà du pont; la Seine est franchie et Paris est à portée de main.

Le GTL est en liaison avec Morel-Deville qui le couvre face à Saint-Cyr et Versailles et manifeste une forte activité agressive.
La nuit du 24 au 25 est agitée : de nombreux Allemands sont faits prisonniers dans l’île Seguin.
Des convois allemands arrivent de Versailles et trouvent la route bouchée au pont de Sèvres par les Français qui en font des hécatombes. Il en est de même au carrefour du Petit-Clamart.

Ici la population est enthousiaste et accueille les soldats de la 2e DB avec des démonstrations joyeuses. Il en sera de même le lendemain matin, dans la traversée de Billancourt par le sous-groupement Minjonnet ralliant le pont de Sèvres depuis le Petit-Clamart par des détours jusque vers la porte de Châtillon. Les fantassins du RMT sont surpris, dans l’enthousiasme populaire, de constater que les drapeaux rouges voisinent dans Boulogne en nombre égal avec les drapeaux tricolores.

 La progression reprend le 25. Massu rejoint la porte de Saint-Cloud, suivi de Minjonnet qui garde le pont de Sèvres.
A 12 heures les 18 canons du 40e RANA tirent en douze minutes 1 800 coups sur les batteries de DCA allemandes repérées entre Garches et Buzenval : c’est la « sonnerie de cloches » d’entrée à Paris.

(Source: Général Jean COMPAGNON)

 

Parcours de la 2e D.B (Groupement LANGLADE) au sud-ouest de Paris selon les Communes attachées à la Voie & leurs environs
( Repères kilométriques approximatifs )

 

G.T. LANGLADERambouillet -> Chevreuse -> Toussus-le-Noble ->Villacoublay -> Clamart -> Sèvres -> Paris Sud-Ouest, Porte de Saint-Cloud, direction l’hôtel Majestic.

Arrivé sur le plateau de Saclay, le GT LANGLADE se scinde en 2 sous-groupements :

Sous-groupement Massu, vers Toussus-le-Noble puis Jouy-en-Josas,
Sous-groupement Minjonnet, vers Jouy-en-Josas par Saclay

 

 

 

-1944-
  • 23
    BASE OPERATIONNELLE août 44

    23 août 44 - RAMBOUILLET

    A 9 heures, le 23 août, ayant dépassé Rambouillet d’une douzaine de kilomètres, de Guillebon est à Dampierre-en-Yvelines. Il découple son détachement qui essaie de progresser en direction de Versailles par Trappes et Guyancourt, lui-même tente sa chance en direction de Longjumeau sur la RN 20. Devant Trappes, à L’Agiot, les AM du 4e escadron de spahis du capitaine Savelli sont prises à partie par une quinzaine de chars ennemis qui tiennent solidement et patrouillent la RN 10. Les Calots rouges subissent des pertes. De même sur l’autre itinéraire, à Voisins-le-Bretonneux, l’ennemi contre-attaque rudement par trois fois.  Lire...

  • 23
    G.T. LANGLADE août

    23 août - CHEVREUSE

    Le 24 août, à 7 heures 30, les premiers blindés de Leclerc entrent à Chevreuse. Il s'agit d'éléments du Groupement tactique Langlade en route vers Paris. Max Dupont fournit au lieutenant commandant le peloton tous les renseignements sur les positions de l'artillerie allemande. Sur ses indications, l'artillerie pilonne les positions allemandes de Châteaufort et Voisins-le-Bretonneux.  Lire...

  • 23
    G.T. LANGLADE août

    23 août - VOISINS-le-BRETONNEUX

    A.M. du 4/R.M.S.M. Jeudi 23 août a) Le peloton SERIZIER est envoyé en reconnaissance à SAINT-LAMBERT où il s'installe à 11 heures. Puis à VOISINS-le-BRETONNEUX qu'il occupe à 16 h. 30. A 18 heures, l'ennemi attaque le village par le Nord et par l'Est... En parallèle: combats à TRAPPES  sur la N 10 et GUYANCOURT aérodrome    Lire...

  • 23
    G.T. LANGLADE & 24

    23 & 24 août - GUYANCOURT

    Le 23 août 1944, la 1ère section de la 2ème Cie du 1er RMT attaque le terrain d'aviation de Guyancourt (78), tenu par une forte garnison allemande. Il y a des pertes et la section doit se replier. Le 24 au matin, des éléments du R.B.F.M se dirigeant vers Versailles, constatent que l'ennemi a disparu. Lire...

  • 24
    S/G Massu août

    24 août - TOUSSUS-le-NOBLE

    Dès leur arrivée sur le plateau de Toussus-le-Noble, les chars de Massu sont pris à partie par les canons de 88 mm du Fallschirm Flak Regiment 11. Les chars “Dauphiné” et “Barfleur” sont touchés presque simultanément, trois membres d’équipage sont tués. Sur la droite, progressant vers les Loges à travers un terrain vallonné et détrempé, le Sherman “Ardennes” est touché par deux obus de 88...  Lire...

  • 25
    S/G Rémy - 1 RMSM août

    25 août - SAINT-CYR-l’ÉCOLE

    SAINT-CYR L’ÉCOLE est en ruine quand les éléments du  G.T. Rémy  la traversent dans la matinée du 25 août en direction de Versailles Le principal bombardement a lieu à l’été 1944.

     Lire...

  • 25
    S/G Morel-Deville août

    25 août - VERSAILLES

    A l’aube de ce 25 août, l’avant-garde du Groupement tactique du colonel Rémy reprend sa progression. Le chef d’escadron Morel-Deville pousse la reconnaissance sur Trappes et Saint-Cyr (Lieutenant Oddo), sur Satory (capitaine Martin) et Buc (lieutenant de Goasguen). Face à l’absence de réaction ennemie, l’ordre est donné aussitôt d’atteindre Versailles au plus vite. A 9h30, les éléments de reconnaissance Oddo et Martin, cette dernière renforcée par Goasguen, entrent dans Versailles et se rassemblent sur la Place d’Armes où elles sont accueillies par l’enthousiasme de la foule.  Lire...

  • 24
    G.T. LANGLADE - 1er RMSM août

    24 août - GIF-sur-YVETTE

    BURES-sur-YVETTE  - SAINT-AUBIN - Vallée de l'Yvette

    Un peloton du 1er régiment de marche de spahis marocains du groupement tactique de Langlade, entré dans Gif-sur-Yvette en début de matinée après avoir traversé le château de la Martinière (actuellement CNRS), se porte au secours des FFI avec succès mais perd 2 hommes, les spahis M. Laule et J. Boutard. Peu après Saint-Aubin est libéré.

    Lire...

  • 24
      août

    24 août - VÉLIZY-VILLACOUBLAY

    Arrivé sur le Plateau de Saclay, le sous-groupement Massu part vers Toussus-le-Noble et là, ses chars se heurtent à un barrage de canons ennemis de 88mm qui détruisent trois Sherman. Il descend ensuite vers Jouy-en-Josas par les Loges-en-Josas. Il prend ensuite la tête du Groupement, vers Villacoublay et Clamart. Ses reconnaissances parcourent la RN l86 (actuelle A86), le Clos, l’aérodrome de Villacoublay.  Lire...

  • 24
    S/G Massu août

    24 août - CLAMART

    En direction du Pont de Sèvres Début de soirée, le soleil parvient à trouer les nuages, les cloches se mettent à sonner à toute volée. Les premiers chars de la 2e DB viennent de franchir le carrefour du Petit-Clamart, avec, à leur tête, le Commandant Massu. L’explosion de joie, d’enthousiasme et d’émotion n’effacera pas la tragédie survenue cinq jours plus tôt avec le martyre des 14 mitraillés de la rue des Carnet  Lire...

  • 24
    GT LANGLADE-s\G Massu août

    24 août - Les-LOGES-en-JOSAS & environs

    Une rumeur court de bouche à oreille qu'au carrefour de l’Homme Mort il y a de la bagarre». Effectivement, on tire de ce côté, c’est là-bas que le capitaine Zagrodzki va trouver la mort. Et brusquement deux obus qui éclatent, des chars qui se renversent, les gens couchés par terre, les vitres volent en éclats, tout paraît brûler, c’est l’enfer, c’est l’angoisse. D’autres chars arrivent de Châteaufort et prennent la route qui va du Petit-Jouy à Versailles, c’est là qu’est décédé le fils Lesieur (huile bien connue). D’ailleurs, l’un des «tigres» (chars) est resté couché sur la route du Petit-Jouy où les habitants et les enfants vont aller l’admirer ultérieurement. En fin de journée arrivent les chars américains et des camions conduits…. Par des français. Quelle surprise !  Lire...

  • 25
    G.T. LANGLADE/12e RCA/RMT août

    25 août - BOULOGNE-BILLANCOURT

    Ici la population est enthousiaste et accueille les soldats de la 2e DB avec des démonstrations joyeuses. Il en sera de même le lendemain matin, dans la traversée de Billancourt par le sous-groupement Minjonnet ralliant le pont de Sèvres depuis le Petit-Clamart par des détours jusque vers la porte de Châtillon. Les fantassins du RMT sont surpris, dans l’enthousiasme populaire, de constater que les drapeaux rouges voisinent dans Boulogne en nombre égal avec les drapeaux tricolores. Quoi qu’il en soit, la progression reprend le 25. Massu rejoint la porte de Saint-Cloud, suivi de Minjonnet qui garde le pont de Sèvres  Lire...

  • 25
    P A R I S août 44

    25 août 44 - P A R I S

    Le Sceau de la Libération

    Lire...

25 août

 

Images de la libération de la banlieue parisienne  53′

 


PARIS DÉLIVRÉ (documentaire en anglais – 10′)

Print Friendly, PDF & Email