SAINT-MARTIN-de-VARREVILLE (Manche)

Utah-Beach

SAINT-MARTIN-de-VARREVILLE   (Manche)

UTAH-BEACH

 

Le débarquement en Normandie

«Cette fois, nous avons des armes et nous nous en servirons…»
Général LECLERC


1er aout 1944

 

Une brusque secousse nous avertit que notre bateau vient de s’échouer en raclant le sable.
Nous sommes en France ! Nous reprenons nos places dans nos véhicules et avançons. La porte qui touche le sol, présente une pente très raide. Il faut faire très attention.
La plage, sur laquelle nous débarquons, a été appelée par les alliés Utah Beach.

Nous saurons plus tard, qu’en réalité, elle s’appelle Varreville. Nous n’avons pas le temps de penser à ce détail, il faut partir. Nous avions embarqué dans l’ordre de marche et débarqué dans le même ordre, ce qui permet de ne pas s’arrêter. Les Jeep, devant moi, s’éloignent Je les suis. Les A.M. et les T.D. nous emboîtent le pas.
Dans la nuit, des jeunes hommes, avec un brassard FFI, (les Forces Françaises de l’Intérieur), nous guident à l’aide de lampes électriques. Ils nous font signe d’avancer, et nous passons devant eux.

Nous quittons la plage, en passant entre deux dunes, et avançons sur une route, au milieu du bruit et de la poussière, pendant tout le reste de la nuit.

Si vous passez par Saint-Martin-de-Varreville, près de Sainte-Mère-Église, allez voir la plage, une très belle plage bordée de dunes qui se sont rapprochées l’une de l’autre de façon à boucher le passage. Heureusement un grand monument rappelle au visiteur que la deuxième D.B. du général LECLERC a débarqué ici.

Chaque année, l’anniversaire de cet événement est fêté par les Anciens de la 2e D.B. de Normandie qui sont toujours très heureux de se rencontrer.

 

Lire Plus…+

 L’Impatience de débarquer

A l ‘aube nous arrivions en vue des côtes de France.

Tout le monde était sur le pont, afin de ne rien manquer de ces moments qui, nous le savions, allaient être historiques pour chacun de nous, par les sentiments qu’ils nous inspiraient. Tout était oublié .Nous nous contentions d’admirer ce décor majestueux. Le spectacle était grandiose. L’horizon était barré, à perte de vue, à gauche comme à droite, par d’innombrables ballons-saucisses attachés au sol, mais d’où pendaient des câbles, de manière à constituer un gigantesque filet dans lequel se serait emprisonné tout avion ennemi essayant d’attaquer ;
Des centaines de bateaux étaient paisiblement ancrés.
Nous devions apprendre quelque temps après que nous étions devant Utah Beach, face au hameau de Saint Germain de Varreville.

 

Lire Plus…+

Jeunes & Enthousiastes...

 

Ils étaient jeunes et enthousiastes, mus par une force irrésistible…

Ils étaient tous volontaires…

Ils étaient des Français de France ou issus des terres lointaines de l’empire, certains même étaient des étrangers…

Ils étaient chrétiens, juifs, musulmans ou simplement agnostiques…

Leurs opinions politiques divergeaient parfois et ils ne partageaient pas nécessairement les mêmes sensibilités philosophiques…

Certains avaient rejoint dès 1940 à l’Appel du général de GAULLE.
D’autres avaient plus tardé à se rallier.
Mais si tout semblait les opposer, s’ils étaient si dissemblables, un lien plus fort que toutes ces dissensions les unissait ;
un élan les galvanisait ; un seul but les transcendait : ils partageaient tous, au plus profond d’eux même, un amour immodéré pour la France.

Cette France humiliée, bafouée, défaite quatre ans plus tôt, ils souhaitaient tous la restaurer dans sa grandeur afin qu’elle reprenne sa juste place dans le concert des nations et qu’elle puisse à nouveau rayonner ses valeurs propres.

 

La 2eme D. B. dans la BATAILLE de NORMANDIE

La 2eme D. B. dans la BATAILLE de NORMANDIE

par le Colonel de GUILLEBON Un des premiers compagnons du général Leclerc au Tchad Ancien sous-chef d’État-Major

  Dés le 6 juin 1944, le général Leclerc piaffe d’impatience en Grande-Bretagne, mais il n’y a pas de place pour ses blindés dans la zone restreinte où se déroulent les combats des premières semaines. D’ailleurs, la IIIe armée du général Patton, à laquelle est rattachée la 2″ D. B., ne sera lâchée qu’après la rupture, et le calendrier du commandement suprême n’envisage notre embarquement que vers le 20 août. Sur une intervention pressante du général Patton, la date de notre embarquement est avancée au 31 juillet, à la place prévue pour une division américaine, ce qui montre assez dans quelle estime le commandant de la IIIe armée tenait notre grande unité. Nous débarquons en France le lendemain de la chute d’Avranches, et le général Leclerc va directement au P. C. du général Patton, que nous voyons revenir radieux de la zone des combats : à lui aussi l’attente a paru longue ; maintenant il est payé par la joie de la victoire. Au milieu d’une prairie plantée de pommiers, la tente du chef moderne est figurée par un camion G. M. C., aménagé en caravane. Celui de Patton est moitié bureau, moitié bar. Il verse généreusement le scotch whisky au général Leclerc, qui en a horreur, et se sert plus généreusement encore du whisky américain, qu’il préfère. Il décrit avec une satisfaction bruyante le travail de ses blindés ; une de ses unités a dû employer une pelle mécanique pour déblayer les cadavres allemands qui encombraient une voie. Il est heureux que la division française soit là, mais il n’y a qu’un seul pont à Pontaubault, et il faudra attendre notre tour pour y passer. Le plan du commandement paraît être d’occuper toute la Bretagne dans un premier temps, et, ensuite, de passer à l’offensive en direction de Paris. De retour à son bivouac, le général Leclerc, avide de renseignements tactiques et logistiques, m’envoie, avec le chef du 2″ Bureau, observer la 4e division blindée U. S. qui attaque Rennes. Nous en reviendrons avant le départ de la division assurer le Général qu’il n’y a pas de mauvaise surprise à attendre et que ses unités sont au moins aussi bien préparées que les autres à affronter la réalité du combat. Nous rapportons une entrevue mémorable avec le général américain Wood, commandant la 4e division blindée, deux jours avant son entrée à Rennes. Il nous avait reçu étendu dans une remorque qui lui servait de chambre ù coucher : un poste radio jouait des airs de danse en sourdine. Le général disait : – « Ils » veulent envoyer ma division à Lorient. Je vous demande un peu, qu’est-ce que j’irai faire à Lorient ? C’est à Angers qu’il faut aller et, après avoir touché la Loire, j’irai rebondir jusque vers la Seine, en passant par Chartres. « Ils » jugent la chose, à l’arrière. sur des cartes et sur des renseignements périmés. Dites an général Leclerc deux choses : « Qu’il emporte tou-» jours davantage d’essence, et qu’il tire l’armée derriè>Enfin, la division s’écoule lentement par ce pont unique de Pontaubault sur lequel passent continuellement, jour et nuit, toutes les voitures de la IIP armée : combattants. liaisons, ravitaillement, évacuations. Rassemblés au sud du goulot devant un éventail de routes, allons-nous recevoir une belle mission, commencer la chevauchée ? Non, car le maréchal von Klùge monte une contre-attaque sur Mortain pour juguler l’unique pénétrante qui part d’Avranches. Il faut écarter cette menace, qui serait catastrophique. Ces premiers engagements permettent au commandement allemand d’identifier la présence de notre division, mais il nous croira toujours à Mortain quand nous atteindrons l’Orne à Argentan. Bientôt nous sommes relevés de cette mission et rattachés au XVe corps. Dès qu’il apprend ce changement de corps, le général Leclerc saute en voiture avec quelques officiers et brûle d’arriver le premier chez son nouveau chef. Il veut arriver avant le colonel américain de liaisonqu’on lui a imposé au débarquement, et dont il veut se dêfaire. Il gagne cette course de 150 kilomètres avec demi-heure d’avance, et tout est réglé quand arrive notre infortuné officier de liaison, que nous ne reverrons plus jamais. Le commandement allié a décidé la manœuvre qui fermera la poche de Falaise ; notre mission est simple : attaquer plein nord en partant du Mans. Dès le premier contact, la confiance s’est établie avec le général Haislip, le plus compréhensif des chefs alliés auxquels le général  Leclerc ait été attaché au cours de cette longue guerre, c’est entre les deux chefs le début d’une amitié durable. La 2e D. B. passera la Sarthe au-dessus du Mans et attaquera à gauche d’une D. B. américaine qui se concentre au Mans. La division suit son général dans une étape de 200 kilomètres ; quelle exaltation pour tous de voir tant de terre française libérée après notre long exil ! Par une nuit noire, tous feux éteints, les unités passent la Sarthe sur des ponts de bateaux d’accès très difficile et, le 10 août au matin, par quatre itinéraires parallèles, elle pousse de toutes ses forces plein nord. Le paysage, coupé de haies et de talus infranchissables, favorise la défense allemande. Où sont nos horizons africains où nous naviguions à la boussole, comme en pleine mer ? Nous piétinons dans des chemins étroits, où la vue est limitée à 100 mètres. De chaque tournant peut jaillir la flamme meurtrière du canon antichars qui tire à bout portant et qui décroche sans risque. Il faut se faire éclairer, et, derrière la progression prudente du char de tête — sans cesse retardé par l’ennemi et trop souvent détruit — s’allonge interminablement la colonne des blindés, des camions, des jeeps, des canons et des ambulances. A quoi servent ces innombrables moyens quand, seuls, quelques hommes peuvent être engagés autour du premier char ? Le général Leclerc est toute la journée sur les routes, allant d’un itinéraire à l’autre, ici furieux et là enchanté, redressant un ordre mal compris ou une manœuvre mal engagée, félicitant les uns, blâmant les autres, mais gagnant tout le monde à son obsession de la vitesse à tout prix. Devant nous, la 9° Panzer, intacte, qui vient de Nîmes, se bat bien. Exécutant magistralement son combat en retraite, elle harcèle nos arrières de jour par ses snipers audacieux et elle contre-attaque la nuit : nos hommes connaissent leur troisième nuit sans sommeil. Le lendemain, 11 août, la progression s’accélère ; chefs et hommes se sont habitués à cette forme de combat, et le paysage, plus ouvert, devient plus favorable à l’attaque. En fin d’après-midi, on sent que la résistance ennemie va craquer. A droite, le groupement Langlade sera arrêté par l’obscurité aux lisières de la forêt de Perseigne. A gauche, une partie du groupement Dio progresse vite et, en fin de journée, s’installe à kilomètres d’Alençon. En deux jours, malgré l’ennemi solide et le terrain défavorable, la division a progressé de 40 kilomètres et libéré une trentaine de villages. Harassé, le général Leclerc s’est endormi dans un pré, après avoir donné l’ordre à l’élément de tête de tout tenter pour entrer dans Alençon la nuit même. Vers minuit, le Général est réveillé par quelques explosions de mortiers allemands, qui font sauter une voiture d’infanterie à 100 mètres de lui. Il envoie un officier voir si l’avant-garde a exécuté ses ordres. Trois quarts d’heure plus tard, l’officier revient, expliquant qu’il y a des difficultés et que l’avant-garde n’entrera dans Alençon qu’au petit matin. Désappointé, le Général dit à l’officier : Je monte arec vous, vous allez me conduire là-bas. J’étais réveillé, moi aussi, j’avais entendu la conversation, et je saute ma voiture pour suivre le Général. ne prenait pas longtemps, car nous couchions par terre tout habillés, à côté du chauffeur et de la voiture, comme nous le faisions dans nos campagnes sahariennes. Arrivé au poste de commandement de l’avant-garde, le Général constitue lui-même une petite colonne dans laquelle nous nous insérons, et, sans coup férir, nous entrons dans Alençon, dont les ponts sont intacts. Le Général donne des instructions pour le cas de retour en force de l’ennemi et, tout heureux de sa bonne fortune, décide d’aller se recoucher dans son pré. Mais, à la sortie de la ville, il se trompe et, au lieu d’aller vers nos troupes, il se dirige vers Mamers, c’est-à-dire vers l’ennemi. Après 2 kilomètres, il s’en aperçoit et s’arrête au moment où nous percevons un bruit de moteurs venant à notre rencontre. C’était une voiture allemande, heureusement isolée, que nous arrêtons. Nous tuons un homme et en capturons un autre, qui révèle la proximité d’éléments blindés se préparant eux aussi à traverser Alençon. Faisant demi-tour, nous rentrons en ville, avec le prisonnier assis sur le capot de ma voiture, pour prendre les dispositions en rapport avec ce renseignement. C’est bien par son action personnelle que Leclerc a pris Alençon, sans perte et sans rien casser, après deux jours de combats d’approche. Après la capture d’Alençon et de ses ponts, la 2e D. B. reçoit un ordre, c’est-à-dire un objectif et un axe de progression. Notre nouvel objectif est Ecouché, et nous avons l’ordre de l’atteindre par des routes qui traversent l’énorme forêt d’Ecouves. Or, il ne convient pas au Général d’engager des milliers de voitures dans une forêt pleine d’ennemis quand il a justement une route nationale libre devant lui, la route d’Alençon à Sées. On lui objecte que Sées est l’objectif de la divisionaméricaine voisine et qu’il n’a rien à y faire. Mais voici des gendarmes français qui viennent lui dire que les américains n’y sont pas encore. Malgré les ordres – – en réalité pour mieux les- il lance le groupement Billotte sur la route Ainsi il débordera par la droite la forêt que tournera par la gauche. A Langlade sera attribué î tavers forêt prévu par l’ordre supérieur : il ne pas aller bien loin. Pendant que Billotte et Dio connaissent les joies exaltantes de l’exploitation du succès: des chars lancés à pleine vitesse, colonnes ennemies surprises en mouvement et anéanties, encombrement des prisonniers, régions entières libérées au galop, le soucieux de ce que peut receler la sombre forêt prend la tête d’un sous-groupement qui, dès de Sées, s’enfonce sous bois, prenant à revers la défense ennemie, qui nous croit toujours devant. 12 kilomètres d’un parcours rondement mené, ; arrivons exactement dans le dos des Allemands, qui s’opposent à la remontée du groupement Langlade. avec laquelle est le Général appartient au groupe-ment Billotte ; son objectif est au nord-ouest. N’importe, il faut saisir cette occasion et aider Langlade ; le sous-groupement est envoyé plein sud, il prend à revers les batteries et les positions allemandes et fait jonction à la fin de la nuit avec nos unités parties d’Alençon. La forêt a été traversée d’est en ouest et du nord au sud, mais elle renferme encore beaucoup d’ennemis, qui seront dans notre dos pendant que nous ferons la mâchoire inférieure de l’étau dont les Anglais, à Falaise, forment la mâchoire supérieure. Les unités allemandes débouchant de la forêt et toutes celles qui, venant de l’ouest, cherchent à sortir de la nasse viennent buter contre nos postes; d’autres défilent au nord de nos positions, mais à portée de notre artillerie, qui en fait grand carnage. Les 18 et 19 août, nous attaquerons au nord de l’Orne pour rencontrer à Chambois les Canadiens et les Polonais de Montgomery, venant de Falaise : malgré la débâcle des derniers jours, il reste encore plus d’unités ennemies qu’on ne l’aurait supposé, mais leur résistance est vaine, et elles sont littéralement massacrées. La bataille de Normandie est terminée ; maintenant, c’est la course à la Seine, c’est la bataille de Paris qui commence.

Colonel DE GUILLEBON

 

SAINT-MARTIN de VARREVILLE Infos pratiques

 

 

 

MAIRIE : Hameau de l’Église 50480 Saint-Martin-de-Varreville
Tél./Fax : 02 33 41 42 33

mailto:mairie.stmartin-varreville@orange.fr

Commune du Parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin

 

Monument du Débarquement commémorant le débarquement, le 6 juin 1944 à l’aube sur Utah Beach, des Armées alliées, et le 1er août de la 2e Division blindée française commandée par le général Leclerc, avec le char Sherman n°30  Normandie
(modèle M4A2) du 2e escadron du 12e régiment de cuirassés.

Stèles 2e Division blindée, remémorant les campagnes de la Division Leclerc, ainsi que les unités qui la composaient.
Borne N°1 de la Voie de 2e Division blindée point de départ de l’itinéraire de la , du Débarquement jusqu’à la libération de Strasbourg, accomplissant ainsi le serment de Koufra.

Église d’origine romane (11e/12e). Elle possède un très beau portail roman et des modillons amusants du 11e et 12esiècles.
L’église possède entre autres un des plus beaux lutrins en chêne du Cotentin.
Ferme-manoir La Verte-Londe, encore habitée par la famille de la Londe originaire du Calvados
Étangs : nombreux dans les anciennes carrières
Ferme Les Dunes : importante ferme qui offre une singulière et immense entrée couverte d’une charpente en bois
Ferme-manoir de Carantilly (17e et 18e) : énorme bâtiment sur une cour entourée de communs monumentaux, ce manoir conserve de belles cheminées ; un escalier de pierre avec une rampe sculptée ; un clocheton.
On peut voir encore quelques arcades de la chapelle privée, détruite il y a longtemps.
Ferme-manoir du village des Mezières
Plage de sable fin et dunes
Anciens blockhaus allemands