HERBSHEIM (Bas-Rhin)

 


HERBSHEIM 

 

2 décembre 1944

 

Durant la 2ème Guerre mondiale, le village fut libéré une 1ère fois le 2 décembre 1944 puis fut le théâtre de violents combats lors de la contre-offensive allemande entre le 6 et le 11 janvier 1945 et a été sinistré à 75%.
Il fut libéré définitivement par la 3ème batterie du 1er RAM.

 

J.M.O.  IIIR.M.T.
(extrait)

Régiment de Marche du Tchad

 

Le Sous-Groupement “P” en réserve n’a pas de mission de défense.

Pendant ce temps le Sous-Groupement “C” a déboité à droite et au cours de la journée mène de rudes combats pour la conquête du village d’Herbsheim, La 10e el surtout la 12′ subissent des pertes sérieuses en particulier par l’artillerie. Finalement le village est enlevé mais la 12e a perdu plus de 25 hommes (tués et blessés] dont le Lieutenant Souriau qui venait d’arriver et qui est grièvement atteint. La 10e a une dizaine de pertes.
(Voir dans les annexes les C.R. de combat de la 10*Cie) (1)

Dimanche 3 Décembre.
Le Sous-Groupement “P” toujours à Gerstheim. A la nuit tombante 3 coups de canon tirés de l’autre côté du Rhin tombent dans le village. Un coup malheureux tue 2 hommes de la C.A. dont le Sergent-Chef Barnès, vieille et belle figure de la CA3.
Nous nous préparons à relever le Sous-Groupement Cantarel à Herbsheim et Rossfeld et au carrefour N. de la terme Riedhof. Les reconnaissances sont effectuées. Le Peloton de T.D. est remis à la disposition du Lieutenant de Vaisseau Guillon.

Lundi 4 décembre.
Le déplacement du Sous-Groupement se fait de Gerstheim sur les positions suivantes:
– Capitaine Comte avec 1 Section d’infanterie et 1 Section de chars à Herbsheim.
– Capitaine de Witasse avec 1 Section d’infanterie et 1 Section de chars à Rossfeid.
– Capitaine Troadec avec la C.A. et 1 Section de chars sur la route entre le carrefour de la cimenterie et la ferme Riedhof.-La tête à la hauteur de la Zembs au débouché Sud de la forêt (le pont est sauté et il ne fait pas bon montrer la tête).
– Le P.C. est au couvent de Ehl avec la S.R.O.

Le Sous-Groupement “P” se superpose au Sous-Groupement “C” lequel attend le rétablissement du Pont de Sand pour aller au repos.
Juste avant la relève la 10e perd 3 hommes à Rossfeld ; le Sergent Esperche qui meurt peu après avoir été blessé, le Lieutenant Garage et le soldat Choucroun qui sont blessés.

 

7 DÉCEMBRE 2019

 

HERBSHEIM

INAUGURATION D’UNE BORNE « VOIE 2e D.B. »

Discours de M. Michel CORNET-CARION, Président de l’Association des Anciens Combattants
et Amis de la 2e D.B. et 2e B.B. d’Alsace « de KOUFRA à STRASBOURG »

En tant que représentant du Général d’Armée Bruno CUCHE, président de la Fondation Maréchal LECLERC de HAUTECLOCQUE et président de l’Association Nationale des Anciens Combattants de la 2e D.B., je mesure l’honneur d’être parmi vous pour l’inauguration de votre borne du Serment de KOUFRA.
Après une 1ère victoire à KOUFRA en Lybie, le Général LECLERC annonce du fond du désert, en avril 1942 : « Nous ne sommes pas mûrs pour l’esclavage. Vive la FRANCE ». Il s’adresse ainsi à la France légaliste et les Unités qui en Afrique Occidentale et Equatoriale Française ne veulent pas prendre le parti des « Forces Françaises Libres ».
En grand tacticien, il enchaine les victoires. C’est la colonne LECLERC devenue « Force L » puis 2e D.F.L. qui devient la 2e Division Blindée. Le Général LECLERC promu Divisionnaire le 25 mai 1943 a la totale confiance du Général De GAULLE. Il est également reconnu et apprécié par le Maréchal MONTGOMERY et dispose des appuis des américains. Il va former et étoffer sa Division à TEMARA au Maroc. Transportée en Grande-Bretagne en mai 1944, la 2e D.B. est intégrée à la IIIe Armée U.S. du Général PATTON. Avec les Alliés, ce fut la montée en puissance, les tests opérationnels et enfin, le débarquement sur la plage de UTAH BEACH du 1er au 4 août 1944. A partir de SAINT-MARTIN-DE-VARREVILLE, 16000 hommes et plus de 5000 véhicules s’élancent pour une chevauchée foudroyante en Normandie, puis PARIS, DOMPAIRE, la grande bataille de chars et après « le Menuet de BACCARAT », sorte de ballet pour anéantir l’ennemi, déborde les Vosges pour libérer l’Alsace, en particulier STRASBOURG le 23 novembre, réalisant ainsi la promesse faite à KOUFRA de voir flotter à nouveau « nos couleurs, nos belles couleurs sur la cathédrale de STRASBOURG ».
MAIS encore fallait-il libérer entièrement cette belle province d’Alsace chère à la France. Le Général était très souvent au contact de ses Avants pour apprécier les manœuvres, conseiller mais aussi les galvaniser : « Foncez, foncez » leur disait-il.

Prenant la route du Rhin en main courante, et la D468 par ERSTEIN, le S/GT du LCL PUTZ commandant le 3e Bataillon du R.M.T. avec les chars du 501e R.C.C. 1ère Cie (CNE BUIS) et le LTN GALLEY arrivent aux abords de la Commune d’HERBSHEIM le 1er décembre 1944. Le 2 au matin, ils montent à l’assaut sous les tirs d’artilleries de l’ennemi. On comptera 22 tués dont 12 du R.M.T. Aucun d’entre ces morts n’a démérité tout comme les artilleurs de la 3e Batterie du 1er R.A.M. de la D.F.L, les Résistants, les Incorporés de Force et les habitants mais je citerai 2 noms pour leur exemplarité :

– le soldat Louis LECOUVEY du R.M.T. : M. LECOUVEY père ne veut pas laisser partir seuls ses 2 garçons : Ferdinand 20 ans et Louis 18 ans.
Ils s’engagent tous 3 à la 2e D.B. le 8 août 1944 : le père et Ferdinand dans le Génie, Louis au R.M.T. 3e Bat. 11e Cie.
Le père était ici à HERBSHEIM lorsque Louis fut tué le 2 décembre alors que Ferdinand
se trouvait dans une autre section sur un autre axe.
– le MDL/C Alfred DE SCHAMPELAËRE du 501e R.C.C.

En 9 mois de combats sur le territoire français, on dénombre environ 1600 tués et 4000 blessés de la 2e D.B.

Cette épopée du Général LECLERC a laissé des traces profondes et a marqué les générations qui ont suivi.
Doté d’un courage et d’une résistance physique hors du commun, homme de foi et d’exemplarité, empli de valeurs morales, d’humanité et d’une mission de justice, transcendant les opinions politiques, les croyances religieuses, LECLERC a su réunir des hommes venus de tous les horizons : 21 nationalités réunissaient les « Gars de LECLERC » derrière le drapeau de la France.
C’est pourquoi, aujourd’hui, votre Commune d’HERBSHEIM a décidé d’installer une borne en souvenir de sa liberté retrouvée et des valeurs de notre République défendues par la Division LECLERC.

Vive la 2e D.B., vive l’Alsace et vive notre France !