HERBÉVILLER (Meurthe & Moselle)

 


HERBEVILLER

 UN COMBAT D’ARTILLERIE

Pendant plus d’une semaine, des tirs quotidiens de batteries allemandes touchent le village auxquels répondent les 10 groupes d’artillerie français
et américains.
Les combats font 5 tués : 1 soldat du 12 e RCA et 4 hommes du RMT dont le lieutenant Paul Batiment, fait compagnon de la Libération à titre
posthume. Désormais, la 2 e DB est au contact direct de la ligne de défense  allemande appelée Vor Vogesen Stellung.

 

 

 

Le 1er novembre, les éléments avancés du sous-groupement La Horie pénètrent sous un feu violent dans le village de Vaqueville.
Ils traversent le pont à l’entrée ouest miné par quelques Tellermines.
Le Génie cherche à les enlever malgré le tir intense des Allemands.
Un sapeur parvient à accrocher une des mines à la poignée et tire mais la mine, sans doute piégée, saute en détruisant une des deux arches du pont. Un contournement est rapidement trouvé à l’aide de rondins prélevés sur une barricade voisine.
Deux chars destroyers passent et permettent d’éloigner la menace ennemie. Le lendemain, deux franchissements sont réalisés à Ogéviller avec la pose de deux paires de chemins de roulement.
Toute la zone doit alors être nettoyée.
Ainsi le lieutenant Rencker saute sur une mine à Ogéviller. L’explosion de cinquante-deux Riegelmines, mises en dépôt, provoque la mort des sapeurs Gatouillat, Foata, Leterrier et Ahmed Aissa. Le caporal Grillot sera tué au cours d’un déminage sous les tirs d’artillerie.

 

Revue historique des armées – Le Génie – Hors-série – Septembre 2001
Les franchissements du 13e B.G. de la 2e D.B., de la Normandie au Rhin (1944-1945), par Michel Bunouf

 

CARAVANE n°5 – Extrait

HERBEVILLER